Forum RPG City
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Notre forum est un forum à l'ancienne. Le but du forum est de faire évoluer son personnage à travers diverses histoires, intrigues et autres topics en rp. C'est pourquoi nous demandons peu de lignes et une réactivité.

Partagez| .

dancing in the past without colors » venusft.jazz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar

Ce qui se cache derrière l'image
Mes petits secrets
Invité
Invité
Tout savoir sur moi



MessageSujet: dancing in the past without colors » venusft.jazz. Dim 11 Déc - 15:47

dancing in the past without colors.

we're watching things unravel slowly. you're just trying to get away from yourself, it's obvious you're speaking languages that i can't read. you just hide and confide in someone else.
Elle se tenait là. Debout devant cette discothèque, laissant son regard aller de ce papier qu'elle tenait entre ses doigts à l'enseigne. Elle ne savait pas si elle faisait le bon choix. Elle ignorait si c'était une bonne chose. Peut-être que l'entrée de Venus dans sa vie compliquerait les choses, plus qu'elles ne l'étaient déjà, mais en finalité, qu'avait-elle à perdre ? Son mari avait été désireux de l'accompagné, mais elle avait préféré régler ça seule. Elle n'avait ni besoin, ni envie d'une sorte de « back up ». C'était à elle de faire ça. Elle jetait un dernier coup d'oeil au papier, afin de s'assurer qu'elle était bel et bien au bon endroit. C'était le détective qu'elle avait embauché qui lui avait donné cette adresse, ça serait le moment de savoir si il était à la hauteur de sa réputation.
La brunette ne pu s'empêcher de regarder sa main qu'elle sentait trembler. Elle fermait le poing, ne voulant pas se montrer faible. Sauf qu'elle ne contrôlait pas ses tremblements. Dés que la pression montait, dés qu'elle stressait, elle tremblait. Et ce, depuis l'accident. Elle espérait sincèrement que ça irait mieux un jour. Sa psy disait que oui, qu'il faudrait juste attendre que le traumatisme guerrisse. Elle était par contre incapable de dire exactement quand à la brunette, car ce genre de chose pouvait guérir en quelques semaines, tout comme ça pouvait prendre des mois, voir des années. De toute manière, ça changeait rien pour l'instant, car tant que l'enquête sur le vol n'était pas terminé, elle n'avait pas le droit de remonter dans un avion. Puis ni elle ni son mari n'étaient considéré comme apte psychologiquement par leur psychologue respectif, donc en finalité, dans l'immédiat, ça changeait rien.

C'est alors qu'elle soufflait un bon coup, prenant son courage à deux mains. Rageant ce papier dans sa poche, elle commençait son ascension en direction de l'intérieur de la discothèque. Elle fut surprise de voir qu'en final, ça semblait plutôt calme. En même temps, la nuit était tombée depuis plusieurs heures, et elle avait quitté son lit pour venir jusqu'ici. Mais il n'empêche qu'elle continuait de détester ce genre d'endroit, et rien qu'à voir le genre de personne qui se tenait là, c'était pas très rassurant. Elle se disait que peut-être, elle devrait revenir un autre jour, avant l'ouverture nocturne, ou quoi. Mais elle n'avait pas quitté son hôtel et fait tout ce chemin pour ça. Elle jetait un coup d'oeil à son téléphone, regardant si son mari ne lui avait pas envoyé de message. Apparemment, le fait de se lever en beau milieu de la nuit ne l'avait pas réveillé lui. Tant mieux. La brune balayait la salle du regard, et elle vit un des barman venir récupérer quelques verres restés sur une table. Ainsi, elle s'avançait vers lui. « Excusez moi. » « Toute commande se fait au bar ma jolie. De plus, on va bientôt fermé, alors tu ferais mieux de te dépêcher. » « En fait, je voulais juste savoir si une certaine Venus était là ? » Il regardait celle-ci, en haussant un sourcil. « Une petite brune d'environ un mètre soixante cinq, avec un accent bulgare ... » « Je sais qui est Venus. De la part de ? » « Une connaissance. » et là, il se retournait, pointant le bar du doigt. C'est ainsi que Jazz vit la silhouette de sa sœur, s'activant autour du bar. Elle semblait aller plutôt bien, à première vue. « Merci. » déclarait-elle à l'adresse du barman avant d'avancer vers le bar, appréhendant la réaction de la brune. Elle sentait ses mains trembler, voilà pourquoi elle se contentait de l'ouvrir et de la fermer dans l'espoir que ces foutus tremblements se stop, mais rien à faire. Elle vit sa sœur se pencher, trafiquant quelque chose sous le comptoir. Elle en profitait pour s'asseoir et cherchait un moyen de lancer la conversation. Et pourtant rien ne vint. A une exception prêt. « Un Jaggerbomb s'il te plait. » Oui, elle commandait simplement. En finalité, ça ne pouvait que lui faire du bien. Elle n'avait plus aucune contrainte et pouvait boire ce qu'elle était désireuse, alors autant en profiter, hm ? Elle avait juste espoir que sa sœur n'en profite pas pour l'empoisonner dés qu'elle réaliserait qu'il s'agissait de son éternelle aînée avec qui les relations étaient devenues conflictuelles.
©S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ce qui se cache derrière l'image
Mes petits secrets
Venus R. Howe
Tout savoir sur moi

❖ j'ai : 31
❖ j'aime bien : la moto, la bière, le poker
❖ mon avatar est : Genevieve Padalecki
❖ jetons : 1356
❖ messages : 257


MessageSujet: Re: dancing in the past without colors » venusft.jazz. Lun 12 Déc - 19:20
❝ Dancing in the past . ❞
- Venus & Jazz -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Depuis quelques temps déjà, elle sentait cette présence autour d'elle. Quelque chose de discret, qui ne durait pas bien longtemps, furtif. C'était comme si on l'observait de loin, des yeux posés sur elle qui la rendait méfiante. D'ordinaire si sauvage et tête brûlée, elle en venait même à fermer ses volets ou à vérifier le loquet avant d'aller se coucher. Encore un film d'épouvante qui avait du l'influencer, ou un ancien client qui devait lui rester en mémoire après lui avoir mit la frousse en l'attrapant violemment par le bras, pensait-elle ; loin de se douter de la vérité.
Ainsi, la brunette chassa ses pensées de son esprit, s'activant derrière son bar en ce dimanche soir plutôt calme. Il fallait arrêter de penser aux problèmes, profiter, travailler. Un petit shooter, un regard sur le fessier du videur et le tour était joué : la détente la prenait.
Ce soir, les étudiants n'étaient pas de sortie et les fêtards avaient du être découragés par le froid qui régnait maintenant que l'hiver était tombé, vu l'état de la discothèque. D'ordinaire si bondée, on pouvait correctement s'y déplacer et à l'intérieur, il faisait une chaleur étouffante. Et pas seulement grâce aux verres d'alcool qui réconfortaient un grand nombre. L'ambiance calfeutrée aidait, invitant à s'installer pour commander. Des fois, Venus aurait bien aimé ne pas être la 'barmaid' afin de profiter de ce lieu qu'elle appréciait. Beaucoup ne supportait pas la musique trop forte, les gens étranges, cet univers tendancieux et toutes ces lumières rouges qui tamisaient les lieux. Pour elle, c'était son royaume.

« Venus, trois blondes ! »

Vêtue d'un débardeur noir et d'un slim en cuir, la jeune femme s’exécuta en dodelinant de la tête au rythme de la musique, tout en conservant son air sérieux. Et une fois le serveur satisfait, elle en profita pour s'abaisser et remplacer une pression. Le Mur.mur fermait bientôt, mais c'était déjà ça de moins à faire.

« Un Jaggerbomb s'il te plait. »

La voix ne lui fit pas tout de suite écho. D'ailleurs, il lui fallu même un moment afin de la situer. Une fois redressée, et le regard plongé dans les yeux de la cliente nouvellement installé au bar, elle cherchait. Les traits de la jeune buveuse l'intriguait, ils étaient comme familiers. Un grain de beauté délicat, une bouche toujours aussi rouge et un air innocent presque énervant. Les joues étaient quand à elles moins rondes, la couleur de cheveux avait changé aussi. Treize années et pourtant le cerveau n'effaçait pas un visage.

«  Qu'est ce que tu fiches ici grande sœur ?  Lança alors Venus d'un air mauvais. » 
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 761 MOTS.


_________________
flower made of iron ♒︎ With your million eyes you’re watching me, you talk behind my back, you spy on me. So I scream and shout to make you leave, but you're still here, you keep judging me. With your million eyes. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

Ce qui se cache derrière l'image
Mes petits secrets
Invité
Invité
Tout savoir sur moi



MessageSujet: Re: dancing in the past without colors » venusft.jazz. Mer 28 Déc - 9:58

dancing in the past without colors.

we're watching things unravel slowly. you're just trying to get away from yourself, it's obvious you're speaking languages that i can't read. you just hide and confide in someone else.
« J'ai pas le droit de venir boire un verre dans une boîte de nuit comme n'importe quelle personne le ferait ? » demandait alors Jazz, haussant un sourcil, un peu comme pour nier l'évidence. A vrai dire, elle n'était pas là pour ça. Mais elle estimait tout de même que partir sans avoir consommer, ça serait plus ou moins irrespectueux. Alors autant en profiter. Puis qui sait ? Peut-être qu'autour d'un bon verre, les langues se délieraient, même si Jazz n'y comptait pas trop. Elle connaissait plus ou moins sa sœur, et elle savait pertinemment qu'il faudrait du temps avant que les deux puisses renouer – si ça venait à se faire.

Mais il fallait reprendre son sérieux. Et que pouvait-elle dire ? Elle n'avait pas songé au scénario du « Qu'est ce que tu fais ici ? » Soudainement, elle avait envie de prendre ses jambes à son cou, mais bien rapidement, la miss se ravisa. Elle devait trouver une explication, lui dire exactement pourquoi elle était ici. Mais elle ne savait pas par où commencer, et soudainement, intérieurement, elle se mettait à paniquer. Et outre ses sourcils relevés, rien ne laissait à présumé qu'en réalité, elle était loin d'être calme. Car là, elle était tout, sauf calme. Mais elle savait tellement bien jouer la comédie, qu'elle pouvait le laisser prétendre sans réelles difficultés.
Que pouvait-elle répondre ? Eviter la vérité. Elle même n'en parlait pas dans son couple, alors elle n'allait pas en parler à sa sœur qu'elle n'avait pas vu depuis plus d'une dizaine d'années. « Je … » Elle ne savait définitivement pas quoi dire. Les mots restaient bloqués dans sa gorge tandis que son cerveau ne trouvait strictement rien à dire.
Balayant la tête de gauche à droite, elle redressait la tête. « Tu me manques. » Voila, c'était dit. Et c'était véridique. Voir sa vie défiler devant ses yeux implique certaines choses, notamment se rendre compte que certaines personnes manquent. Et Venus lui manquait. L'éternelle relation qu'elles avaient étant enfant, et ce, même si elle s'était dégradé. Elles étaient adulte aujourd'hui. Probablement auraient-elles l'opportunité de pouvoir trouver un terrain d'entente, hm ? Et si une fois de plus, elle semblait particulièrement calme, certains tics nerveux ne trompaient pas. Comme par exemple le fait qu'elle remette toujours une mèche de cheveux derrière son oreille d'un simple coup de tête, ou encore le fait qu'elle jouait nerveusement avec son alliance, la tournant, ou la faisant glisser le long de son doigt pour la mettre et la retirer. Des détails subtils, qui pourtant ne passaient que difficilement inaperçu. Du moins, c'était des choses que Jazz avait apprit à remarquer au sein des avions. Il faut dire que c'est toujours utile, d'user de physionomie pour pouvoir rassurer les passagers paniqués, faire en sorte à ce qu'ils se sentent à leur aise et qu'ils ne paniquent pas pour rien. C'était parfois difficile, car la brunette avait affaire à des cas spéciaux, qu'il était difficile de calmer. Il fallait redoubler de patience, attendre de trouver le bon moment, et il y avait toujours cet instant ou le passagers finissait par reconnaître qu'au final, il ne risquait rien. De toute manière, une fois l'avion décollé, ils n'avaient plus le choix que d'accepter ce qui, jusqu'à il y a quelques semaines, paraissait évident pour la brunette.
©S a n i e
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Ce qui se cache derrière l'image
Mes petits secrets
Venus R. Howe
Tout savoir sur moi

❖ j'ai : 31
❖ j'aime bien : la moto, la bière, le poker
❖ mon avatar est : Genevieve Padalecki
❖ jetons : 1356
❖ messages : 257


MessageSujet: Re: dancing in the past without colors » venusft.jazz. Sam 31 Déc - 1:07
❝ Dancing in the past . ❞
- Venus & Jazz -
C'est drôlement dangereux de s'attacher à quelqu'un, c'est incroyable ce que ça peut faire mal. Rien que la peur de perdre l'autre est douloureuse. C'est moche de guetter un signe de quelqu'un pour se sentir heureux.
Au fond d'elle, un malaise s'installa rapidement. Cela faisait si longtemps qu'elle ignorait totalement l'attitude à adopter. Fallait-il se sauter dans les bras et se remémorer les souvenirs d'enfance ? Fallait-il agir comme si elle n'était qu'une étrangère, ou encore fallait-il se montrer froide et peu ravie d'un retour inattendu ? Venus semblait choisir la dernière solution. C'était plutôt dans son caractère : toujours très rancunière, avec une excellente mémoire des événements malheureux et des détails inutiles.
Restant professionnelle, elle exécuta la commande, optant pour une boisson énergisante pour noyer l'alcool. Elle servit celle qui était sa sœur sans aucune délicatesse, en faisant glisser le verre jusque celle ci. Un peu de la mixture se renversa sur le bar, ce qui était voulu de la part de la barmaid, même si cela lui faisait plus de ménage à réaliser lors de la fermeture.

« Si à l'avenir tu pouvais éviter le Mur.mur, ça m'arrangerait. C'est pas du tout ton style, enfin, du peu que je me souvienne.  »

La voix médisante, la brunette prit du temps pour lui répondre, la toisant du regard. Elle avait beau être bien plus petite que sa sœur, Venus abordait cette expression de supériorité, comme pour l’impressionner et la faire fuir, alors qu'elle cherchait tout simplement à se donner de la force. Ce genre de situation la rendait malade : la famille, c'était littéralement sa hantise. Autant rencontrer des inconnus et fréquenter le monde de la nuit l'excitait, mais voir sa grande sœur détestée débarquer : cela ne l'enchantait pas.
Ne souhaitant pas aider sa toute nouvelle cliente, Vee se montra bien silencieuse et commença à astiquer les verres qui sortaient du lave vaisselle, afin de les ranger précautionneusement dans l'étagère derrière elle qui donnait toute sa splendeur à son bar. Même si elle tentait de ne pas lui prêter attention, elle ne pouvait s'empêcher de remarquer le comportement de Jezabel. Celle ci semblait s'impatienter, et faisait tournoyer une alliance. 'Et bien parfait, les parents doivent être fiers de toi et de ton petit mariage' pensa Venus avec une grande ironie, n'ayant jamais apprécié le côté petite fille parfaite de son aînée.

« Tu me manques  lui avoua celle ci au bout d'un moment d'hésitation. » 

Cela ressemblait étrangement à un poids qui se libérait, comme si Jazz pouvait à nouveau respirer. C'était donc ça qui la torturait ?
La barmaid resta bloqué un petit moment, stoppant toutes activités et restant silencieuse. Quelqu'un qui la connaissait bien aurait sûrement cru à un bug du système de Venus, mais elle était simplement en train de digérer l'information. Au bout de quelques secondes, elle se mit à exploser de rire. Un rire qui venait de l'intérieur : un véritable fou rire, incontrôlable et puissant.

« Oh putain  !  S'exclama-t-elle en continuant de rire.  » 

La brunette posa son chiffon et le verre qu'elle essuyait sur son comptoir et se prit le ventre, comme pour calmer son excitation imprévisible. Elle essuya des larmes aux coins de ses yeux, mais elle ne put s'empêcher de continuer à sourire grandement.

« Tu te fou de ma gueule c'est ça ? T'es quand même pas sérieuse hein ?   Lança-t-elle à sa sœur, d'un air mauvais, empli de dégoût, et pourtant encore parcouru de spasmes.  » 
code by lizzou — gifs by TUMBLR — 870 MOTS.


_________________
flower made of iron ♒︎ With your million eyes you’re watching me, you talk behind my back, you spy on me. So I scream and shout to make you leave, but you're still here, you keep judging me. With your million eyes. © endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Ce qui se cache derrière l'image
Mes petits secrets
Contenu sponsorisé
Tout savoir sur moi



MessageSujet: Re: dancing in the past without colors » venusft.jazz.
Revenir en haut Aller en bas

dancing in the past without colors » venusft.jazz.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Atlantic City :: La ville d'Atlantic City :: Ile principale : Est :: Mur.Mur-